Gants et vêtements de protection chimique

Environ 40% des entreprises européennes travaillent avec des substances biologiques et chimiques sur leur lieu de travail.

D’après le gouvernement espagnol, les activités connaissant le plus grand nombre d’accidents causés par des substances dangereuses sont l’industrie manufacturière, la construction, et l’agriculture. Avec l’arrivée des nanomatériaux dans l’industrie, le danger augmente, d’après l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail.

Les ouvriers exposés peuvent principalement être contaminés par voie oculaire, respiratoire, digestive, ou cutanée. Une protection insuffisante peut engendrer des problèmes de santé graves et durables : maladies professionnelles, graves inflammations de la peau, cancer…

C’est pourquoi il est recommandé d’effectuer une évaluation des risques et de la refaire régulièrement pour identifier et gérer les substances dangereuses grâce à des systèmes de protection collective mais aussi individuelle, avec les EPI (équipements de protection individuelle) destinés au personnel de votre entreprise.

Équipements de protection individuelle

Pour protéger vos employés, vous devez connaître le type et l’étendue des risques. Après avoir identifié le risque et mis en place des systèmes de protection collective, vous devez choisir le type d’EPI, ce qui implique une connaissance des normes et une analyse casuistique de chaque poste de travail et chaque ouvrier :

  • Protection des mains et des pieds : gants, crèmes et chaussures résistantes qui protègent contre le contact.

  • Vêtements de protection : combinaisons hermétiques pour éviter le contact avec des substances solides, liquides, ou gazeuses.

  • Protection des yeux : écrans qui protègent contre les éclaboussures et particules projetées à grande vitesse.

  • Protection respiratoire : masques qui protègent contre l’inhalation et en l’absence d’oxygène.

Les travailleurs sont quotidiennement confrontés à des risques chimiques lorsqu’ils manipulent des produits plus ou moins agressifs (acides, solvants, huiles…). Il existe plus de 100 000 substances chimiques répertoriées et identifiées par leur numéro CAS.


Pour choisir un gant de travail protégeant des substances chimiques, il faut tenir compte de la famille du produit chimique que l’on va manipuler, de la durée de contact, du degré de savoir-faire, etc. JUBA, grâce à ses professionnels, facilite le choix du gant le plus adapté selon la réglementation et les tests auxquels doivent satisfaire les gants.

La norme EN 374:2016 établit les exigences requises aux gants destinés à la protection contre les produits chimiques et les microorganismes.

Il y a des gants qui offrent une protection contre les microorganismes (bactéries et champignons) en respectant la norme EN 374-2:2014 (fuite d’air et fuite d’eau), parce qu’ils analysent l’étanchéité. Il y a des gants qui offrent également une protection contre les virus et qui doivent pour ce faire respecter la norme ISO 16604: protection contre la pénétration des bactériophages Phi-X174 transportés par le sang.

Chez Juba, nous effectuons trois types de test : de pénétration, de dégradation, et de perméabilité.

Juba dispose d’une gamme complète pour les différents risques chimiques, dans certains cas jetables, et de plusieurs matériaux : latex, nitrile, pvc, néoprène… L’entreprise propose des informations et conseils complets sur les gants que chaque entreprise et travailleur nécessitent selon le risque et l’exposition.

Vêtements jetables

JUBA a lancé récemment une ligne de vêtements de travail jetables avec différents niveaux de protection pour répondre à tous les besoins des activités professionnelles qui peuvent représenter un risque pour la santé et dans certains cas où les travailleurs doivent se protéger contre des produits chimiques.

 

Gestion des risques

La gestion des substances dangereuses n’est pas seulement une obligation des entreprises, elle profite également à la sécurité des travailleurs. Les coûts de l’exposition au travail à des agents cancérigènes sont estimés à 2,4 milliards d’euros par an en Europe, d’après un article d’Euronews en collaboration avec la Commission européenne.

 

Augmenter les investissements en matière de gestion et de contrôle réduirait considérablement ces coûts. Cela aurait de grands bienfaits et entraînerait une augmentation de la motivation des travailleurs, et par conséquent, de la productivité. Cela implique un taux de rotation du personnel moindre, et corollairement, une meilleure professionnalisation.

L’évaluation des risques est la première étape de la prévention, d’après la législation de l’Union européenne. Pour faire une évaluation de votre lieu de travail, la marche à suivre est la suivante :

  • Premièrement, vous devez réaliser un inventaire des substances dangereuses et de celles générées dans vos processus de travail : combustion, échappement de gaz, fumées métalliques, brouillards d’huile, formaldéhydes de colles, vapeurs organiques, produits du recyclage des déchets…

  • Deuxièmement, vous devez recueillir des informations sur la gestion de produits dangereux : substances chimiques, biologiques, ou cancérigènes…

  • Troisièmement, vous devez évaluer l’exposition de vos employés aux substances dangereuses, selon leur type, leur intensité, leur durée, leur incidence, et leur fréquence.

  • Enfin, vous devez mettre au point un plan d’action étape par étape, pour gérer ces substances selon leur priorité. L’élimination ou le remplacement est la première alternative. Si cela s’avère impossible, vous devez réduire l’exposition. La dernière option est l’utilisation d’équipements de protection spécifiques pour les substances dangereuses.

Twitter icon
Facebook icon
e-mail icon

Entrées connexes

Articles techniques

TECHNOLOGIE MICROFINISH

La technologie microfinish a été l'une des plus grande avancée technologique de l'entreprise japonaise Towa Corporation. Juba en tant que distributeur de ces gants dans tout le pays depuis 15 ans, ...
Articles techniques

Utilisation de gants diélectriques

En Espagne, il est obligatoire de mettre une installation sans tension avant une intervention et de remettre sous tension après. Les gants diélectriques ont été conçu pour ces conditions, ceux so...
Articles techniques

Gants de travail: Jauges

Le terme jauge (ou GG) en référence aux gants de travail sert à mesurer la grosseur des tissus en maille utilisés dans leur confection. Il indique le nombre de points dans un pouce anglais (25,4 m...
clear